Sélectionner une page

La question que je me pose, ce que je veux comprendre, c’est comment vivre dans la jungle, comment restaurer son human- ité, comment créer des espaces pour vivre et partager ensem- ble. Comment faire le travail d’un gouvernement qui évite le problème, qui refuse de voir l’urgence de la situation, qui au lieu de cela se focalise sur la « réduction » du nombre d’im- migrants à Calais, sans jamais prendre en considération la dig- nité de ceux qui sont en transit, qui ne cherchent pas l’asile mais à traverser la Manche pour re- joindre le Royaume-Uni dès que possible. En un peu moins d’un an ensemble, les réfugiés de la jungle ont construit ce qui est devenu une ville-monde. Ces héros du quotidien sont non seulement capables de répon- dre à la plupart des besoins de leur communauté, ils créent aussi une esquisse de modèle politique basé sur des décisions prises par un représentant de chaque communauté présente, qui sont entendues par les ONG, avec un grand respect pour les besoins, les requêtes et la voix des résidents.

J’ai choisi le média du jeu vidéo pour traduire les interviews de ces résidents de la jungle et leur donner une autre dimen- sion. Les extraits présentés ici parlent de la construction de l’école du Chemin des Dunes. Zimako Jones, initiateur du pro- jet et demandeur d’asile origi- naire du Nigeria, était assisté de bénévoles et de « frères ». L’un d’eux est Marko, un Kurde qui vit dans la jungle depuis plus de 11 semaines. Il aide Zimako à ter- miner la construction de ce qu’il appelle un forum, un lieu pour se rencontrer, échanger et appren- dre, pour les adultes comme les enfants.

Isabelle Arvers

Née en 1972 à Paris. Elle vit et travaille à Marseille.

Elle est curatrice d'art médiatique, critique et auteure française, spécialisée dans les jeux vidéo et informatiques, l'animation web, le cinéma numérique. Elle a organisé des expositions en France et dans le monde sur la relation entre l'art, les jeux vidéo et informatiques et la politique. Elle fait également la promotion de la culture gratuite et open source ainsi que des jeux indépendants et des jeux artistiques. Dans la seconde moitié des années 2000, son intérêt croissant pour « Machinima » (films créés avec des jeux vidéo à l'aide d'un moteur graphique 3D 3D) l'amène à créer d'importants ateliers et expositions interactifs en France, ainsi qu'en République tchèque, au Canada et au Brésil. Ses activités récentes incluent le commissariat des expositions « antiAtlas of Borders » (2013), « Art of Bordering » (2014) et « End of the map Exhibition » (2015) à Berlin, Rome et Paris.

Avec l’aimable autorisation de l'artiste.

FR